15/06/2015

Les élèves s’impliquent et se mobilisent pour préserver la dune sur la plage nord de Canet !

 jardin du lido,dune

Début juin, sur la plage de Canet-Nord, les élèves de la classe de CM2 de l’école élémentaire Pierre et Marie Curie de Canet ainsi que les 5e du collège Marcel Pagnol de Perpignan, ont présenté l’aboutissement de leur projet de préservation du littoral, nommé « Jardin du Lido », guidés par leurs enseignants et les animatrices de l’association « Labelbleu ».

Cette association coordonne le projet avec différents partenaires : service de l’état, gardes du littoral, mairies et établissements scolaires. Les gardes du littoral viennent pour leur part, co-animer les actions de plantation sur les dunes.

Pour le projet avec les élèves de Canet, Robert Saut, intervenant en Histoire, est venu témoigner et enrichir les connaissances des élèves sur le littoral local.

Agnès Cazejust, directrice de l’association « Labelbleu », a précisé en début de l’inauguration, que « ce projet a pour but de développer des comportements éco-citoyens et d'éduquer les enfants au respect de l'environnement sur le littoral par la mise en œuvre d'actions concrètes réalisées par les élèves ».

C’est donc sur la plage de Canet, à proximité du camping Brasilia, qu’un jardin dunaire planté par les enfants permettra de stabiliser le cordon dunaire d’année en année.jardin du lido,dune

Durant quatorze séances d’animation, les élèves ont appris à connaître l'environnement littoral, à identifier les facteurs de sa détérioration et à trouver des solutions pour le préserver. Dans la suite du projet avec leurs enseignantes, les élèves ont restitué leurs connaissances sous forme de huit panneaux de sensibilisation et d’information sur le littoral.

Viviane Sallares, conseillère municipale et déléguée à l’environnement, a rappelé combien il est important que les enfants soient sensibilisés aux problématiques environnementales et en particulier à la fragilité de notre littoral.

Marc Medina, maire de Toreilles et conseiller communautaire délégué en charge de la gestion des espaces naturels a ensuite félicité les élèves pour leur travail et a rappelé que les 5 actions menées le long du littoral par la Communauté d’Agglomérations sont importantes car elles ont permis aux plus jeunes de mesurer l’extrême fragilité du cordon dunaire et l’importance d’en préserver la qualité pour limiter le plus possible l’érosion de notre littoral. « Nous avons perdu 30 mètres de plage en 30 ans », a-t-il souligné.

Les élèves ont ensuite exposé leurs connaissances à leurs parents, aux publics et aux élus avec des jeux, des énigmes et des créations de land art (œuvres réalisées avec des matériaux de la nature) et d’acrostiches (poèmes originaux) pour sensibiliser le public à la préservation du littoral.

Ils ont, pour finir, présenté les huit panneaux de sensibilisation réalisés durant le projet, qui sont disposés sur la plage et accessibles à tous.

Ces panneaux sont un résumé parfait du projet : présentation de l'environnement littoral, de la faune et de la flore, des espèces envahissantes, prévention sur les problématiques de l’érosion, de la montée de la mer, du changement climatique, apprentissage des gestes éco-citoyens.

Ils racontent également l'histoire de la plage de Canet et de son occupation par l'homme et les activités qui découlent de la présence de la mer.

Les élèves invitent maintenant les promeneurs à venir découvrir leurs réalisations sur la plage à côté du camping Brasilia.jardin du lido,dune

17:58 Publié dans Sécurité, Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardin du lido, dune | |  Facebook | | |  Imprimer | |

19/04/2015

Dégâts des eaux et dégâts des hommes !

Les forts vents marins enregistrés cet hiver ont déposé sur les berges de l’étang près de l’ancien ball-trap, des quantités impressionnantes de polluants plastiques apportés par les cours d’eau qui l’alimentent.

La Tramontane ayant par le nord arraché des vignobles proches, d’innombrables rectangles de plastique blanc destinés à protéger les pieds de vignes avec le temps ceux-ci se sont accumulés ; l’exploitant concerné ne se soucie nullement des conséquences de sa négligence malgré un rappel à ses obligations formulé par la municipalité quatre ans auparavant.

Ce paysage tant apprécié des promeneurs, vététistes, ornithologues et autres amoureux de la nature a donc bénéficié de l’attention de la soixantaine de bénévoles mobilisés par l’association Citeco66 pour procéder à un efficace nettoyage du site.

Les participants ont ramassé plusieurs centaines de ces rectangles de plastique agricole enfouis dans la végétation et ce, quelquefois à plusieurs centaines de mètres des rives, au milieu des salicornes et roselières qui abritent la faune spécifique de ce milieu humide protégé.

citeco66

À cette révoltante collecte s’ajoutaient d’innombrables bouteilles en verre ou plastique.et d’improbables trouvailles telles que casque de moto, bidons d’huile de vidange ou appareils ménagers.

Après avoir estimé leur nombre et leur volume les déchets ont été regroupés dans des sacs qui seront transportés vers la déchetterie par les services techniques de la municipalité.

La matinée a été clôturée dans l’habituelle bonne humeur autour d’un pique-nique collectif sur le promontoire surplombant l’étang. À quelques dizaines de mètres des aigrettes ou flamants roses satisfaits de notre visite à n’en pas douter ! 

Si vous souhaitez rejoindre l'association, http://www.citeco66.blogspot.fr/

09:22 Publié dans Santé, Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citeco66 | |  Facebook | | |  Imprimer | |

27/03/2015

Les activités de l’École de Voile reprennent avec l’arrivée des beaux jours.

Le CNCP propose toujours des stages pour tous les âges et tous les niveaux durant les vacances scolaires, ainsi que des activités durant le temps scolaire.

Le premier rendez-vous est à Pâques à partir du 13 avril prochain pour des stages à la semaine. C’est un cadre idéal pour débuter ou reprendre la voile. Les journées s’allongent et les températures commencent à remonter. C’est un break bienvenu pour les enfants avant la dernière ligne droite à l’école. Pour les plus grands, c’est aussi une pause qui permet d’être sûr en mer et profiter d’une vue imprenable sur la côte catalane tout en se faisant plaisir et en découvrant de nouvelles sensations.

Les vacances terminées, l’activité continue ! Les mercredis voile accueillent et accompagnent les enfants tous les mercredis après-midi jusqu’aux vacances d’été. Adolescents et adultes se retrouveront le samedi à l’occasion de nos stages week-end.cncp

Grande nouveauté 2015, l’École de Voile accueille un nouveau support, le "NewCat 13.5", catamaran destiné aux adolescents à partir de 10 ans, un bateau dessiné pour que les plus jeunes découvrent les sensations des grands catamarans.

Autre nouveauté cette année, des journées découverte du club et inscriptions sont organisées pour vous présenter les locaux, le matériel et vous aider à choisir la formule la plus adaptée à vos envies. Elles se tiendront les mercredis 1er et 8 avril ainsi que les samedis 4 et 11 avril.

Toutes nos activités sont encadrées par des moniteurs diplômés, à partir de 7ans. Structure labellisée par la Fédération Française de Voile. 

Renseignements et réservations, http://voileca.net - Mail : gabriel@voileca.netTél. 04.68.73.33.95

18:01 Publié dans Nautisme, Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cncp | |  Facebook | | |  Imprimer | |

12/04/2014

L'eau, thème de la troisième conférence de l’association EDEN 66

Dans le cadre des conférences organisées dans le but de sensibiliser petits et grands à la défense de l’environnement, l’association EDEN 66 avait convié les Canétois à l’auditorium du lycée Rosa Luxemburg. 

Le thème choisi était «l’eau apprivoisée», c’est à dire, connaître les contraintes liées au captage et à la distribution de l’eau et également mieux appréhender les risques découlant des négligences humaines. 

Pour débattre de ce sujet, oh combien sensible, Alain Grappe, président d’EDEN 66, avait fait appel à trois professionnels.eau,eden66,alain grappe

Dans un premier temps, Hichem Tachrift, directeur du syndicat mixte pour la protection et la gestion des nappes souterraines de la plaine du Roussillon, exposa avec grande clarté, la structure des couches géologiques de notre département et la particularité de nos nappes phréatiques. La composition de notre sous-sol nous permet d’avoir, pour l’instant, confiance dans la qualité de l’eau que nous puisons, mais la baisse de niveau des nappes profondes doit nous inciter à rester vigilants.  

Gisèle Santana, ingénieur sanitaire de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc Roussillon mit en exergue, avec brio, la qualité des eaux distribuées dans les Pyrénées Orientales.

En 2013, tous les secteurs sont au beau fixe alors que la situation était moins brillante les années passées. Cette sensible amélioration est la résultante de contrôles plus fréquents et variés qui permettent d’être très rapidement réactifs face à une pollution accidentelle.

Enfin, Frédéric Rolland, directeur de la SAUR pour l’Aude et les P.O. exposa à son tour, à quels problèmes locaux devaient faire face, et les distributeurs d’eau, et les communes, afin de satisfaire l’utilisateur.

Bien sûr c’est toujours celui qui est en bout de chaîne qui devient la cible de toutes les critiques. «Pourquoi l’eau sent autant le chlore? Pourquoi y a-t-il moins de pression après 22 heures ? Pourquoi ma facture est-elle aussi élevée ? ..»

Chaque question obtint une réponse précise et la réunion se termina par le pot de l’amitié dans les locaux aimablement mis à disposition par Olivier Briffaut, proviseur du lycée.

La prochaine réunion proposée par l’EDEN aura pour thème « comment grâce à internet on peut et l’on doit devenir un témoin actif de notre environnement » le 23 mai à partir de 14h aux Voiles Rouges.

www.nappes-roussillon.fr.- www.ars.languedocroussillon.sante.fr.

10:33 Publié dans Santé, Science, Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eau, eden66, alain grappe | |  Facebook | | |  Imprimer | |

11/04/2014

L'installation imminente de nouvelles vannes plus performantes sur l'étang de Canet

étang de canet,vannes,pmca

L'Agglo Perpignan Méditerranée, gestionnaire de l'étang de Canet, site naturel remarquable classé « Natura 2000 », va procéder au remplacement des vannes qui assurent, au cœur du grau des basses, la communication entre la lagune et la mer. 

Très « fatigué » après plus de 20 ans de services, l'ancien équipement a, qui plus est, été fortement endommagé lors de la tempête marine de mars 2013.

Six nouvelles vannes, plus petites, mieux adaptées aux contraintes de pression et de salinité vont être posées dans les prochaines semaines. Elles permettront de réguler plus efficacement la hauteur d'eau et les autres paramètres essentiels à la gestion de l'étang de Canet.

Réalisées sur-mesure, dotées d'un joint assurant une parfaite étanchéité, composées d'un inox adapté au milieu marin, les nouvelles vannes seront au nombre de six, contre trois actuellement. Ce doublement va permettre de réduire la pression exercée sur chaque équipement et d'autoriser la manipulation de celles-ci, même lorsqu'une des deux se trouvera ensablée. Les opérations d'ouverture et de fermeture, réalisées ponctuellement selon un protocole précis tenant compte de la période de l'année, des conditions physico-chimiques de l'étang et des circonstances climatiques, se trouveront dès lors très largement facilitées par la pose de ce nouvel équipement.

Au-delà de cette opération spéciale, rendue nécessaire par l'obsolescence de l'ancien dispositif, les travaux d'entretien réguliers du grau, initiés par l'Agglo ces dernières années, seront également poursuivis. Il est en effet nécessaire de procéder régulièrement à un « curage » du chenal afin de dégager le sable qui s'y accumule lors des « coups de mer ».

Ces interventions, tout comme l'investissement de 105.000 euros mobilisé aujourd'hui pour remplacer les vannes font partie intégrante de la gestion de cet espace. Contrôlés par ces dernières, les échanges entre la mer et l'étang doivent en effet s'opérer selon un protocole précis, acté par l'ensemble des acteurs de la lagune lors de son classement en site européen « Natura 2000 ».

Ainsi, la manipulation des vannes est effectuée par les agents-gardes du littoral de l'Agglo en fonction d'un certain nombre de critères, parmi lesquels on trouve en premier lieu le niveau d'eau dans la lagune, mais aussi la salinité, la température, les périodes de migration des poissons ou encore les facteurs météo. 

A travers cette action, mais aussi l'entretien et la surveillance du site au quotidien, sa valorisation auprès de tous les publics, la fédération de plusieurs syndicats des eaux autour d'un « contrat d'étang » et toutes les autres initiatives menées depuis 2001, La Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée assure la gestion de cet espace naturel remarquable depuis cette époque, et s'efforce de préserver l'étang de Canet afin de le transmettre aux générations futures.étang de canet,vannes,pmca

 

10:33 Publié dans Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : étang de canet, vannes, pmca | |  Facebook | | |  Imprimer | |

03/11/2013

Des nouveaux outils au service de la propreté urbaine et un minibus pour les personnes âgées

  • Deux armes supplémentaires contre la saleté

Maintenir une ville propre, en toute circonstance, et tout au long de l’année, telle est la feuille de route que se doit d’appliquer le service technique de la mairie, sous la houlette de René Roudières, adjoint au maire délégué aux Travaux et à l’Environnement Urbain.IMG_4535 (Indep).JPG

Pour compléter et renforcer un parc d’équipements déjà fourni, la ville s’est équipée de deux nouveaux matériels de nettoyage pour venir à bout des salissures incrustées sur les dallages, pour l’un, et des détritus qui jalonnent les trottoirs, pour l’autre.

Les chewing-gums collés, et la noirceur de certains dallages, ne résistent pas à la cloche haute pression, que nous détail José Gaetano, responsable du service propreté urbaine de la mairie.

« Cette machine projette un liquide nettoyant sous 200 bars de pression, et aucune salissure tenace n’y échappe. La cloche rotative dont elle est équipée trouve son terrain d’action privilégié sur les ramblas, et sur la place méditerranée, et un seul homme peut la manipuler, alors que précédemment plusieurs hommes d’entretien devaient utiliser des moyens plus empiriques et bien peu efficaces. Les premières opérations de nettoyage sont forts concluantes, et les premiers résultats sont à la hauteur de nos espoirs. »

Seconde nouveauté au service entretien, l’aspirateur de voirie.IMG_4541 (Indep).JPG

Il s’agit d’une version allégée, et portative de la grosse aspiratrice de 6m3 que bon nombre de canétois voient évoluer le long des artères de la ville, et plus particulièrement l’été. Cette machine remplace avantageusement la poussette du cantonnier, et aspire tout ce qui encombre les caniveaux ou les trottoirs : cannettes vides, mégots, papiers, et tout ce qui pollue et souille nos trottoirs.

Son énorme avantage se situe dans sa maniabilité, cet engin pouvant s’infiltrer un peu partout avec son long bec renifleur, tel un fourmilier. Un gros container de 140 L reçoit les détritus récupérés.

Ainsi, ces deux nouveautés rejoignent ce qui constitue le parc nettoyage de la ville : 4 balayeuses, 2 motocrottes, une grosse aspiratrice de rue, 2 auto-laveuses, et pas moins de 14 employés municipaux, disponibles par roulement 7j sur 7 ont la lourde tâche de manier et mettre en œuvre tout ce matériel. 

  • Un mini bus pour les plus âgés

À peine fini d’être décoré aux armes de la ville, flambant neuf, il s’apprête à partir la journée en direction de Béziers ou une trentaine de Canétois et Canétoise va visiter la ville et son musée. Il s’agit d’un mini bus de 32 places, acquit tout récemment par la CCAS de la ville, le Centre Communal d'Action Sociale.IMG_4565 (Indep).JPG

« L’objectif est simple tient à nous dire Christine Bonet, conseillère municipale déléguée en charge de l’aide au maintien à domicile des personnes âgées, nous devons rompre l’isolement des personnes âgées, et les inciter à sortir de chez eux en leur permettant de passer quelques heures agréables en compagnie d’autres personnes. Nous appelons ça les « sorties à petits pas », délicieuse expression pleine de douceur. Et ce mini bus répond parfaitement à ce besoin. Jusqu’à présent, les sorties s’effectuaient en voiture, ce qui était peu pratique eu égard le faible nombre de personnes transportées dans un rayon restreint. Aujourd’hui, ce véhicule nous ouvre d’autres perspectives, et s’inscrit parfaitement dans la politique engagé par la commune auprès des personnes âgées : c’est un service supplémentaire qui vient compléter les ateliers de petits bricolage, l’aide pour les courses, les repas à domicile ou la prise en charge du ménage ».

Autre atout, non négligeable pour la commune, la gestion de ce véhicule n’engendrera aucune embauche supplémentaire, les moyens humains actuels étant tout à fait suffisants.

Mieux encore, si l’achat de ce mini bus avoisine les 125.000 €, ce sont diverses subventions qui viennent en atténuer son cout, qu’elles soient parlementaires, institutionnelles ou privées.

Autre avantage collatéral, la location de ce mini bus, durant les périodes creuses, permettra au CCAS de rentabiliser au mieux l’investissement. « L’Office du Tourisme, jusqu’à présent, louait des véhicules pour ses sorties touristiques et en supprimant cette dépense extérieure, nous estimons économiser 40.000 € par an, ce qui est loin d’être négligeable », a tenu à nous rappeler Bernard Dupont.

Au-delà de ces considérations financières, et à voir le sourire des Papys et Mamys ravis d’être de ce voyage inaugural, on imagine que le succès des prochaines sorties est d’ores et déjà au rendez-vous.

À n’en pas douter, ce mini bus, c’est un peu de soleil dans leur quotidien.

17:16 Publié dans Loisirs, Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : travaux, ccas, mini-bus | |  Facebook | | |  Imprimer | |

12/10/2013

Faire de la station balnéaire, une ville littorale à part entière, réflexion et débat sur le Plan Local d’Urbanisme

Lors du dernier conseil municipal, a été abordé un sujet essentiel et majeur portant sur le débat triennal visant l’application du PLU, le Plan Local d’Urbanisme.

« Il s’agit, précise Bernard Dupont de faire un point d’étape pour voir si l’outil qu’est le PLU correspond bien aux objectifs que s’est fixée la ville, et l’améliorer si tel n’était pas le cas. »

Un premier débat était intervenu une première fois en 2010, qui avait confirmé les orientations générales de la commune en matière d’aménagement.

Il convient aujourd’hui d’analyser et de réfléchir sur la politique de veille foncière, en mesure d’assurer un développement maitrisé et cohérent de la commune sur le long terme, et surtout s’efforcer de maintenir une politique d’ouverture des différentes formes d’habitats permanents dans le cadre d’opérations d’ensembles au sein de nouveaux quartiers.plu

Premier point fort, et objectif principal : faire évoluer progressivement la station balnéaire en véritable ville littorale à vocation touristique, c’est à dire d’avoir un pourcentage de résidences principales dans notre habitat qui soit le plus élevé possible pour créer la ville de demain, afin qu’il y ait une demande suffisante de façon à attirer et proposer de nouveaux services. Les effets se font déjà ressentir sur la commune. 

Si l’évolution fait apparaitre un pourcentage de résidences principales qui est passé de 25,70% en 1990, à 48% actuellement, l’objectif que s’est fixé le maire sera de 50% minimum.

« Si l’on veut améliorer les services pour l’habitat à l’année, tient à préciser Bernard Dupont, il faut une offre suffisante, qu’il s’agisse d’installations de médecins, de notaires, d’avocats, de services publics et privés. Nous recensons actuellement 13.500 habitants environ, le bon seuil se situant aux alentours de 20.000, pas au-delà. »

Second point, il faut tout mettre en œuvre pour fixer sur la ville les jeunes actifs qui, actuellement, partent dans les communes avoisinantes, face à des séniors qui ont un pouvoir d’achat plus important et de ce fait, captent le marché immobilier de la résidence principale.

Pour répondre à cette problématique, la ville a décidé de passer de 20%, le minimum imposé par l’état, à 35% le nombre de logements sociaux, en distinguant dans ce pourcentage, l’accession sociale à la propriété.

Deux programmes en cours sont à même de répondre à ces besoins, les Alizées, avec les programmes « Quai 66 » et « Marysol », et les Régals.

Le premier, « Quai 66 », à deux pas du pôle nautique et du bassin d’honneur, va permettre de créer une nouvelle polarité au cœur de la ville. L’enjeu : du logement social de qualité, intégré, réparti et fondu dans l’habitat existant. Sur une première tranche de 97 appartements, 34 sont réservés en logements sociaux, 24 en locatifs et 10 en accession sociale à la propriété. Pour l’heure, ils sont tous vendus, principalement à des actifs qui n’ont pas les moyens d’acheter sur le marché traditionnel.  

Une seconde tranche voit le jour, « Marysol », composée de 50 appartements, dont 18 en locatif et accession sociale. 

Une opération est également programmée à l’est de cette zone, portant sur 670 logements mixtes en immeubles collectifs, quelques maisons et commerces de proximité. Elle devrait voir le jour dans les 2 à 3 ans qui viennent.

Sur le second secteur, les Régals, il est prévu 400 logements environ, dont la vocation est un habitat mixte, tourné vers la maison individuelle, et quelques petits collectifs. Il devrait sortir de terre d’ici deux ans.

« Je suis très étonné, des dernières statistiques dit le maire qui finalement démontrent que sur notre commune, il y a 51% d’actifs pour seulement 15% de retraités. Par contre, nous devons faire en sorte que nos actifs ne partent pas à l’extérieur. Il est paradoxal de constater que 35% du personnel municipal n’habite pas dans la commune. Il faut freiner ce mouvement, et faire en sorte d’attirer de nouveaux canétois par des opérations accessibles telles que celles-ci »

Mais la réalité traduit que les orientations prises pour construire le Canet de demain permettront de maintenir un développement urbain maitrisé et cohérent, de préserver les grands équilibres territoriaux, et d’assurer les conditions d’une vie urbaine de qualité.

Le débat est donc lancé et l’épilogue attendu dans les prochaines semaines

10:50 Publié dans Travaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plu | |  Facebook | | |  Imprimer | |