25/09/2013

Pour notre sécurité en mer, la SNSM forme ses nageurs-sauveteurs

Durant 3 jours, une trentaine de bénévoles de la SNSM, la Société Nationale de Sauvetage en Mer, ont assisté à un séminaire de formation qui s’est déroulé à l’Hôtel du Port pour la partie théorique, et bien entendu en mer, lors d’exercices de sauvetage et tests de nouveaux équipements.SNSM

Rappelons que la SNSM est une association à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1970. C’est aussi, et surtout, 8.000 bénévoles, desquels font partie les 4.500 nageurs de bord, et 6.000 opérations de sauvetage annuel. Acteur unique du sauvetage en mer français, elle repose sur le dévouement, la bravoure et le sens de la solidarité d’hommes et de femmes qui sauvent bénévolement des vies en mer. 

Ce stage visait à mettre en place un nouveau référentiel, une méthodologie en quelque sorte, qui sera appliqué à l’ensemble du territoire national et a concerné les « Sauveteurs Nageurs de Bord », ces hommes qui, à partir de canoës ou de vedettes, vont à la nage secourir les personnes en difficultés. 

En effet, les sauveteurs étant de moins en moins issus des professions maritimes, la SNSM, depuis quelques années, a organisé des cursus de formation ciblés. Le développement constant de nouvelles technologies au service de la sécurité en mer et la complexité des systèmes de navigation ont, parallèlement, créé de nouveaux besoins de formations. 

« Nous sommes sept permanents sur le Pôle National de Formation de St Nazaire tient à souligner Didier Moreau, Directeur de la Formation Opérationnelle.

Tous nos formateurs sont des bénévoles, au même titre que les sauveteurs. Notre mission est essentielle. Lorsque j’ai repris la Direction de la formation il y a 3 ½ ans, l’objectif qui m’a été confié était d’homogénéiser les savoir-faire en formalisant les meilleures pratiques, de protéger les bénévoles qui engagent leur responsabilité personnelle dans la mise en œuvre des missions opérationnelles de la SNSM, et enfin, valoriser les formateurs bénévoles des stations de sauvetage. Il reste du chemin, mais je crois qu’aujourd’hui nous sommes en bonne voie. » 

Pour cette formation, de nombreuses régions de France sont venues à Canet. La Bretagne, la Normandie, le Cotentin, le Var, entres autres, et bien entendu Canet et St Cyprien.

Outre les exposés théoriques devant écran et rétroprojecteur, ils ont eu l’occasion de tester en mer de nouveaux matériels, tels des gilets de flottabilité et des gilets tactiques, ainsi que différents systèmes d’éclairage pour des interventions nocturnes.

«À travers nos nageurs sauveteurs, notre mission est aussi d’informer, tient à préciser Didier Moreau. La sécurité en mer commence par la prévention car de nombreux plaisanciers sous-estiment les dangers de la mer. En effet, chaque année, les loisirs nautiques sont à l’origine de nombreux accidents plus ou moins graves, le plus souvent dus à une méconnaissance des bons gestes et des bonnes pratiques.

Ainsi, la SNSM de Canet est allée récupérer et sortir d’une mauvaise passe deux fois le même bateau en un week-end ! ».Le propriétaire de l’embarcation, sans voile, sans radio, et hors de portée de téléphone, « testait » un moteur !

Il reste néanmoins du chemin à accomplir pour changer les mentalités et développer une culture orientée sécurité, tant sur mer que sur la plage. Les tragiques évènements de cet été n’en sont que le pâle reflet.

Mais le Pôle de Formation de St Nazaire ne baisse pas les bras, et après Canet, d’autres étapes sont d’ores et déjà programmées.

18:43 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : snsm | |  Facebook | | |  Imprimer | |

15/04/2013

L’opération Canigou 2013 a mobilisé d’importants moyens en mer et dans les airs pour un vaste exercice de sauvetage au large

snsm

Le 13 avril vers 9 h, la préfecture maritime de la Méditerranée a organisé un exercice de grande envergure destiné à assurer le secours à des naufragés en détresse, au large de Canet.

L’ordre de départ est diffusé sur toutes les VHF : « Pour exercice, pour exercice, Canigou 2013 ». De Port Vendres à Canet, une armada se met en marche. snsm

Pour mener à bien cette mission, un scenario catastrophe a été bâti de toute pièce, impliquant des sauveteurs bien entendu, mais aussi de nombreux figurants qui se sont aimablement prêtés à l’opération de sauvetage. La foudre vient de s’abattre sur un bateau de promenade avec cinquante passagers à bord et l’embarcation a subit une importante avarie électrique.snsm

Dès lors, il convient de porter secours et d’évacuer les passagers blessés. Un bateau de promenade de la société Roussillon Croisière a été mis gracieusement à disposition. 

Dirigé par le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage de la Méditerranée (CROSSMED), responsable de la conduite des opérations de secours en mer sous l'autorité du préfet maritime, cet exercice a rassemblé une logistique nautique impressionnante de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM).

Se sont notamment déployés, le canot tout-temps de Port Vendres, les vedettes du Barcarés, de Saint Cyprien, d’Argelès et enfin de Canet en Roussillon, initiateur de cette vaste opération. Plus de 80 personnes que composent les équipages de la SNSM avaient pour mission d’appliquer et de tester les plans de secours en cas de sinistre majeur, et notamment en matière d’aide médicale en mer. 

Premiers soins, évacuation, prise en charge à terre des blessés et remorquage du bateau, ont été menés à bien et l’opération qualifiée par les autorités présentes, de franc succès. 

Clou de l’opération de sauvetage, un hélicoptère de la sécurité civile baptisé DRAGON 66 est venu sur le théâtre des opérations et a hélitreuillé un passager blessé. À bord, une équipe médicale du SAMU66 a donné les premiers soins, en liaison avec le SAMU de coordination médicale maritime de Toulon et le CROSS afin d’assurer le plus efficacement possible l'accueil et la prise en charge à terre de la victime.snsm

Vers midi, l’opération Canigou 2013 a pris fin, et un débriefing « à chaud » a été organisé au retour à quai. Tous les intervenants et les observateurs ont pu ainsi faire part de leurs remarques et observations. 

Toute l’assistance s’est ensuite retrouvée autour d’un apéritif, offert par la mairie de Canet, suivi d’une gigantesque paella préparée par les épouses des sauveteurs. Chaque bénévole de la SNSM avait dans le regard la fierté de ceux qui mettent leur vie en danger, pour sauver celle des autres. 

Opération réussie, à l’an prochain.

21:03 Publié dans Nautisme, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : snsm | |  Facebook | | |  Imprimer | |

24/11/2012

La SNSM de Canet, quand formation rime avec prévention

Depuis 3 ans, la « Société Nationale de Sauvetage en Mer » (SNSM) de Canet organise des stages de formation à la prévention en mer qui s’adressent à tous les plaisanciers soucieux de préserver leur sécurité.

Les nouvelles pratiques en mer induisent de nouveaux risques pour les usagers. De nombreux sports nautiques se démocratisent sans s’accompagner d’un nécessaire travail de pédagogie. C’est pourquoi les priorités s’axent désormais sur l’intensification de la prévention auprès du grand public.

snsm,robert chesauxAinsi, et contre une participation modique pour couvrir certains frais, le Club des Plaisanciers d’Airbus a pris pour habitude d’envoyer, en automne, quelques-uns de ses membres qui, par groupe de huit stagiaires sur deux jours, reçoivent une formation dans des domaines aussi variés que la mécanique, la règlementation, et bien entendu la sécurité et le secourisme en mer.

Ce stage est complété par une série d’exercices qui place les stagiaires en conditions réelles, avec notamment la mise à l’eau et la gestion d’une embarcation de survie.

De quoi « jouer » les navigateurs en détresse, sous le regard protecteur des équipiers de Robert Chesaux, Président de la SNSM de Canet depuis plus de cinq ans.

Ces journées d’apprentissage sont en mesure d’intéresser nombre d’associations de plaisanciers, de comités d’entreprises, et tout simplement d’entités de toute nature qui souhaitent former leur personnel ou leurs membres aux dangers de la mer.

Très récemment, et dans le cadre de la formation que se doit de maintenir une association telle que la SNSM, de nombreux sauveteurs ont suivi un stage de Premier Secours en Équipe (PSE1) et un stage de Sauveteur Nageur de Bord (SNB1).snsm,robert chesaux

En effet, la formation est un enjeu majeur, car les activités dans le monde de la mer évoluent avec une demande croissante de qualité et de sécurité. Les sauveteurs doivent progresser parallèlement, avec une exigence accrue de rigueur dans un environnement de plus en plus sécuritaire qui refuse le droit à l’erreur. La mise en place de formations destinées aux sauveteurs embarqués et aux nageurs-sauveteurs est une réponse à l’évolution des loisirs nautiques.

La station canétoise se place ainsi sur la première place du podium, au plan local, pour la formation de ses sauveteurs.

Mais il est une chose dont le Président ne cache pas sa satisfaction. Bruno Canet, sauveteur dans la station depuis quelques années, vient d’intégrer, brillamment, la Direction Nationale de la Formation, et va œuvrer au sein de l’équipe pédagogique à la rédaction d’un référentiel destiné aux sauveteurs nageurs de bord.

Et Robert Chesaux tient à rappeler que «  l’ensemble des bénévoles et volontaires de l’association font chaque jour preuve d’un investissement profond, pour mener à bien leurs trois missions principales : sauver des vies en mer et sur le littoral, former pour sauver, et prévenir des risques » pour tendre vers un seul but : assurer une pratique de la mer plus sûre et respectueuse.

Pour tout renseignement : STATION SNSM DE CANET EN ROUSSILLON

Tél. 06 03 45 09 68 - 04 68 80 68 88

snsm.canet.66@wanadoo.fr

13:32 Publié dans Nautisme, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : snsm, robert chesaux | |  Facebook | | |  Imprimer | |

30/08/2012

Toute l'année, la SNSM veille sur les plaisanciers

snsm,mer,plaisanciers,sauveteurs

(Robert Chesaux, Président de la SNSM de Canet) 

Une avarie moteur et le bateau part à la dérive, un blessé à bord qu’il faut prendre en charge, un accident de scooter de mer à deux milles des côtes, tous ces dangers qui guettent le monde de la plaisance nous rappellent qu’il y a des hommes généreux qui n’hésitent pas à sortir par tous les temps pour secourir celles et ceux qui parfois commettent des imprudences : cet ange gardien, c’est la SNSM de Canet. (Société Nationale de Sauvetage en Mer)

Et Robert Chesaux, 70 ans, n’en est pas peu fier, lui qui est Président de la SNSM de Canet depuis plus de 5 ans et œuvre en son sein depuis 1999.

Sous sa responsabilité, l’unité de sauvetage de la station, créée voici trente ans, ne compte pas moins de 28 membres sauveteurs embarqués, tous bénévoles, avec pour unique objectif de secourir gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes, 24h/24 et 365 jours par an.

Et ce sont tous des hommes d’exception, discrets, disponibles, qui mettent parfois leur vie en danger pour sauver celle des autres.

Pour accomplir cette mission, la « Canétoise III », superbe vedette rapide de 12 mètres et dotée de 2 moteurs de 410 cv mène l'équipage plus vite, plus loin et avec encore plus de sécurité sur les sauvetages. Il faut dire que la « belle » a couté 480.000 €, financée par la Région, le Conseil Général, les subventions de la ville de Canet, et par les dons des particuliers. La municipalité met à disposition des locaux et un pontage. L’embarcation soufflera bientôt sa première bougie.

Chaque membre d’équipage a sa spécialité à bord : « patron », radio, mécano, canotier, secouriste. Le « patron », François Pereira, est responsable de la navette et de la formation de l’équipage, et les sauveteurs reçoivent un équipement technique à la pointe de la recherche en matière de protection et de sécurité. 

Canal 16 sur la VHF ou 112 sur son portable sont les chiffres magiques qu’il faut avoir à l’esprit en cas de problème. Le « CROSS Méditerranée » (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) prend alors en charge l’appel de détresse qui, après analyse de la situation, transfère immédiatement l’intervention vers l’unité de sauvetage locale, la SNSM, qui se rendra sur place jusqu’à 20 miles de côtes.snsm,mer,plaisanciers,sauveteurs

Dès l’alerte du CROSS, le patron réunit son équipage et appareille en moins de 15 mn. Tel fut le cas, fin Juin dernier ou 3 appels de détresse ont été reçus en 3 jours.

Robert Chesaux se souvient de l’été 2011, son équipe était sortie à 20 reprises, dont 11 sauvetages entre le 1er et le 15 aout. Fort heureusement les années suivent et ne se ressemblent pas forcément.

Reste un aspect essentiel de la mission de sauveteur : la formation.

Etre charpentier, commercial ou plombier, ne prédestine pas au sauvetage en mer, et implique forcément d’être formé correctement.

Bruno Canet, sauveteur bénévole depuis plusieurs années aux cotés du Président rappelle que « l’équipage se doit d’être au meilleur niveau de performance dans l’exercice de sa mission. Nos sessions de formation au Pôle National de Saint Nazaire ou de La Ciotat, nous permettent d’être en phase avec les nouvelles technologies au service de la sécurité en mer, et la complexité de nos systèmes de navigation a parallèlement crée de nouveaux besoins de formation » 

Ces hommes viennent en aide auprès des navigateurs de « tout poil » et si bon nombre d’incidents pourraient être évités par une meilleure prévention, il ne faut pas perdre de vue que la navigation en mer recèle des dangers insoupçonnés.

Ayons un pensée pour ces « Saint Bernard des mers », et ne les oublions pas lors d’une prochaine sortie.

13:54 Publié dans Blog, Nautisme, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : snsm, mer, plaisanciers, sauveteurs | |  Facebook | | |  Imprimer | |