15/02/2014

Les Jeunes Sapeurs-Pompiers en immersion à l’aquarium pour mieux comprendre les dangers de la mer

 pompier,aquarium,mer

Ils ont tous entre 14 et 16 ans, se prénomment Florian, Benjamin ou Mégane et n’ont qu’un rêve en tête, devenir sapeur-pompier.

Le chemin est encore long, et ces 7 Jeunes Sapeurs-Pompiers (JSP) en deuxième année, ont encore deux bonnes années de formation avant de décrocher le précieux et tant convoité diplôme de Sapeur-Pompier.

Outre les interventions de secours aux biens et aux personnes, le pompier a pour mission principale de combattre le feu.

Mais durant sa carrière il sera aussi confronté à des dangers émanant du règne animal, dangers qu’il devra connaître pour parfaitement les maitriser.

C’est par cette approche que le Capitaine Laurent Mourette, dirigeant l’unité de sapeurs-pompiers de Canet, accompagné de Bruno Canet, pompier de son état et conseiller municipal délégué aux sports, ont souhaité sensibiliser ces jeunes aux dangers de la mer et de sa faune, en leur offrant une visite « privée » à l’aquarium de Canet, mais riche d’enseignement.

Durant deux heures, Patrick Masanet, l’un des deux biologistes de l’aquarium qui abrite depuis 31 ans plus de 350 espèces des 5 continents a commenté, avec moult détails, les dangers qui guettent les baigneurs ou les pêcheurs dans un univers aquatiques bien mystérieux à nos yeux.

pompier,aquarium,mer« Quelle est la différence y a-t-il entre un poisson venimeux et un poisson vénéneux, que faire devant une piqure de vive, doit-on traiter par le chaud ou le froid, quels risques encourent les pêcheurs en présence d’une raie torpille et quels soins doit-on donner à un plongeur mordu par un congre ou brulé par des anémones de mer ou des méduses ? »

Si les questions fusaient de toutes parts, le biologiste de l’aquarium a fourni des explications simples et instructives, conséquences d’une expérience éprouvée par un contact quotidien qui n’est pas exempt de danger.pompier,aquarium,mer

Plus exotiques, mais tout aussi passionnants, ont été les instants passés devant les aquariums abritant les requins à pointes noires ou les piranhas d’Amazonie, que nos jeunes pompiers en devenir ont admiré, non sans une certaine fascination, se réjouissant presque de ne jamais les rencontrer dans le cadre de leur future vie professionnelle.

Lorsque nous mettons les pieds dans l’eau, ravi de profiter de quelques jours de vacances bien méritées, n’oublions pas que la mer a ses lois et ses règles. Si la délicieuse rascasse émerveille nos papilles, la pêcher sans précaution peut vite tourner au drame.

Notre planète met en avant cette formidable biodiversité, et cela, les sept jeunes sapeurs-pompiers l’ont bien compris.

10:09 Publié dans Nautisme, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pompier, aquarium, mer | |  Facebook | | |  Imprimer | |

30/08/2012

Toute l'année, la SNSM veille sur les plaisanciers

snsm,mer,plaisanciers,sauveteurs

(Robert Chesaux, Président de la SNSM de Canet) 

Une avarie moteur et le bateau part à la dérive, un blessé à bord qu’il faut prendre en charge, un accident de scooter de mer à deux milles des côtes, tous ces dangers qui guettent le monde de la plaisance nous rappellent qu’il y a des hommes généreux qui n’hésitent pas à sortir par tous les temps pour secourir celles et ceux qui parfois commettent des imprudences : cet ange gardien, c’est la SNSM de Canet. (Société Nationale de Sauvetage en Mer)

Et Robert Chesaux, 70 ans, n’en est pas peu fier, lui qui est Président de la SNSM de Canet depuis plus de 5 ans et œuvre en son sein depuis 1999.

Sous sa responsabilité, l’unité de sauvetage de la station, créée voici trente ans, ne compte pas moins de 28 membres sauveteurs embarqués, tous bénévoles, avec pour unique objectif de secourir gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes, 24h/24 et 365 jours par an.

Et ce sont tous des hommes d’exception, discrets, disponibles, qui mettent parfois leur vie en danger pour sauver celle des autres.

Pour accomplir cette mission, la « Canétoise III », superbe vedette rapide de 12 mètres et dotée de 2 moteurs de 410 cv mène l'équipage plus vite, plus loin et avec encore plus de sécurité sur les sauvetages. Il faut dire que la « belle » a couté 480.000 €, financée par la Région, le Conseil Général, les subventions de la ville de Canet, et par les dons des particuliers. La municipalité met à disposition des locaux et un pontage. L’embarcation soufflera bientôt sa première bougie.

Chaque membre d’équipage a sa spécialité à bord : « patron », radio, mécano, canotier, secouriste. Le « patron », François Pereira, est responsable de la navette et de la formation de l’équipage, et les sauveteurs reçoivent un équipement technique à la pointe de la recherche en matière de protection et de sécurité. 

Canal 16 sur la VHF ou 112 sur son portable sont les chiffres magiques qu’il faut avoir à l’esprit en cas de problème. Le « CROSS Méditerranée » (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) prend alors en charge l’appel de détresse qui, après analyse de la situation, transfère immédiatement l’intervention vers l’unité de sauvetage locale, la SNSM, qui se rendra sur place jusqu’à 20 miles de côtes.snsm,mer,plaisanciers,sauveteurs

Dès l’alerte du CROSS, le patron réunit son équipage et appareille en moins de 15 mn. Tel fut le cas, fin Juin dernier ou 3 appels de détresse ont été reçus en 3 jours.

Robert Chesaux se souvient de l’été 2011, son équipe était sortie à 20 reprises, dont 11 sauvetages entre le 1er et le 15 aout. Fort heureusement les années suivent et ne se ressemblent pas forcément.

Reste un aspect essentiel de la mission de sauveteur : la formation.

Etre charpentier, commercial ou plombier, ne prédestine pas au sauvetage en mer, et implique forcément d’être formé correctement.

Bruno Canet, sauveteur bénévole depuis plusieurs années aux cotés du Président rappelle que « l’équipage se doit d’être au meilleur niveau de performance dans l’exercice de sa mission. Nos sessions de formation au Pôle National de Saint Nazaire ou de La Ciotat, nous permettent d’être en phase avec les nouvelles technologies au service de la sécurité en mer, et la complexité de nos systèmes de navigation a parallèlement crée de nouveaux besoins de formation » 

Ces hommes viennent en aide auprès des navigateurs de « tout poil » et si bon nombre d’incidents pourraient être évités par une meilleure prévention, il ne faut pas perdre de vue que la navigation en mer recèle des dangers insoupçonnés.

Ayons un pensée pour ces « Saint Bernard des mers », et ne les oublions pas lors d’une prochaine sortie.

13:54 Publié dans Blog, Nautisme, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : snsm, mer, plaisanciers, sauveteurs | |  Facebook | | |  Imprimer | |