06/01/2015

Raymond Agésilas s’en est allé

Un grand Monsieur vient de s’éteindre. Raymond Agésilas tire sa révérence à 103 ans, et laisse sa famille, son épouse Christiane et ses nombreux amis dans la peine, mais éblouis et émerveillés de la vie riche et remplie qu’il aura vécue.

A 20 ans, après de brillantes études de lettres et de droit qu’il termine à Paris, il s’oriente vers l’enseignement et devient instituteur, puis professeur certifié.

raymond agesilasIl consacrera toute sa carrière professionnelle aux enfants, enchainant jusqu’à la retraite des responsabilités de directeur de plusieurs établissements en région parisienne.

Mais la guerre va, durant quelques années, interrompre ce beau parcours d’enseignant, et après avoir accompli son service militaire en 1933-1934, il sera mobilisé en 1939 entre la Ligne Maginot et la Ligne Siegfried. En mai 1940.Il est fait prisonnier de guerre à Château-Porcien dans l’Aisne et est envoyé dans les camps en Autriche. Il s’en évadera en août 1941.

Après une carrière civile et militaire très remplie, ponctuées de responsabilités importantes, Raymond Agésilas a milité dans le monde associatif. En plus de ses nombreuses activités professionnelles, Raymond Agésilas, par son dévouement et sa disponibilité n’a cessé depuis les années 1945 de s’engager dans des associations diverses en exerçant des fonctions bénévoles.

Autre facette atypique de ce personnage hors du commun, il s’est distingué sur le plan artistique en créant une troupe théâtrale dans la Creuse à Guéret et à la Souterraine. Il fut organisateur de spectacles de ballets dans plusieurs villes de France avec les jeunes danseurs de l’Opéra de Paris.

Romancier, poète et homme de plume, primé dans de nombreux concours et jeux floraux, il a entre autres écris et publiés « Stalag XVII B, le Maquis de l’âge-aux-fils, Poèmes, contes et nouvelles, et le Petit Raymond »

Pour ceux qui l’ont approché, chacun se souviendra de son étonnante vivacité d’esprit, de son humour, de sa lucidité exceptionnelle, lui qui à 100 ans passés écrivait encore dans son bulletin mensuel polycopié, des poèmes, exprimait ses coup de gueule ou ses coups de cœur, et gratifiait ses lecteurs de quelques bonnes histoires drôles, dont lui seul avait le secret.

A Canet, nombreux sont ceux qui saluent le Président fondateur de la section locale de l’UFAC, l’Union Fédérale des Anciens combattants et Veuves de Guerre, qu’il créa en 1992. Il était de toutes les commémorations, de tous les défilés, et chacun rend hommage aujourd’hui à son engagement inconditionnel.

Homme simple, discret, cultivé et généreux, Raymond Agésilas, se passionnait de tout, de la France, de l’histoire avec un grand H, des guerres qui nous ont endeuillés, lui qui fut admiré et écouté des enfants.

Raymond Agésilas était titulaire de nombreuses décorations, et plus particulièrement, la Légion d’Honneur, la Médaille Militaire, la Croix de guerre 39/45, la Croix du Combattant, et la Médaille de Reconnaissance de la Nation.

16:27 Publié dans Commémorations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : raymond agesilas | |  Facebook | | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.