30/01/2015

« Il était une fois dans l’Est » pour le concert du Nouvel An

 orchestre symphonique,françois ragot

Nonobstant les événements tragiques de ce début janvier, le maire de Canet, Bernard Dupont, a tenu à ce que le concert du Nouvel An se déroule normalement , car, dit-il, "la culture en général et la musique en particulier sont les meilleures armes contre l'obscurantisme et l'intolérance."

C'est donc devant une salle comble que François Ragot, à la tête de l'Orchestre symphonique de Canet, commence ce concert avec la magnifique ouverture de la Chauve-souris de J. Strauss.

Devant une partition difficile, l'orchestre s'est révélé très maître de soi et a donné le ton pour le reste de la soirée placée sous le thème « Il était une fois dans l'est » dont font partie les incontournables valses de l'Empereur et le Beau Danube bleu. Mais la surprise est venue des trois solistes.

Fanny Vicens, virtuose de l'accordéon mais également pianiste pédagogue qui a assis sa culture musicale pendant 10 ans à la Sorbonne après des débuts à Perpignan.

Hélène Duret, clarinettiste à la sonorité éclatante, à la double culture classique et jazz. Elle a obtenu un prix classique de clarinette au conservatoire de Montpellier tout en suivant un cursus de jazz.

Enfin le violoniste, Susumu Okajima médecin japonais et violoniste virtuose amateur qui a exécuté avec brio les airs bohémiens de Sarasate.

Ce voyage dans l'est de l'Europe, a amené, le public, jusqu'en Russie avec la danse du sabre de Khatchatourian et même en Égypte avec une œuvre d'un contemporain catalan, Marc Timon : « Collyseum » en passant par la Hongrie avec les danses éponymes de Brahms.

Cerise sur le gâteau, Michel Tignères professeur de flûte a accompagné chaque œuvre par un bref mais passionnant commentaire, toujours teinté d'humour.

Le public Canétois n'a pas manqué de saluer avec enthousiasme les différents œuvres concoctées par le directeur artistique et chef de l'orchestre de Canet qui a montré, pour l'occasion, une réelle maîtrise tout en décontraction et une direction sans faille d'un orchestre concentré et rivé à sa baguette.

Une véritable réussite tant par la qualité des solistes et de l'orchestre que par le choix des œuvres.

Rendez-vous le 29 mars pour le concert de printemps avec le premier concerto de Chopin interprété par François-Michel Rignol et le 4ème concerto de Reinecke par Hélèna Riols.

 orchestre symphonique,françois ragot

16:19 Publié dans Culture, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orchestre symphonique, françois ragot | |  Facebook | | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.