16/12/2013

Le professeur Salvat a parlé de l’avenir du corail

professeur salvat

A l’initiative d’EDEN 66, l’association d’éducation à l’environnement, le professeur Salvat a tenu à l’Ecoute du Port une conférence fort intéressante ayant pour thème « Qu'apportent les récifs de coraux à l'espèce humaine et quelles menaces planent sur eux face au défi démographique, à l'exploitation des ressources, à la pollution, et au changement climatique ? »

Cet éminent scientifique de renommée mondiale, a été professeur à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes et a constitué une équipe spécialisée sur les récifs coralliens, associée depuis plusieurs années au CNRS. Il a fondé également un centre de recherche en Polynésie française et a présidé des instances internationales scientifiques pour la recherche et la gestion des récifs coralliens.

Durant une heure trente, il a démontré que les récifs coralliens, vieux de millions d'années, sont construits par les coraux et constituent l'un des écosystèmes les plus riches de la planète. A leur extraordinaire biodiversité s'ajoute leur intérêt pour l'Homme, qu'il s'agisse de ressources alimentaires ou du développement du tourisme. Les constructeurs, mais aussi les destructeurs de ces édifices coralliens ont été abordés par le professeur Salvat, de même que les différents types de récifs pouvant être rencontrés dans la zone intertropicale des trois océans. Un milieu où les relations entre espèces ne se limitent pas à la prédation, mais comprennent de multiples associations de bon voisinage. Un écosystème qui subit les dégradations dues aux activités humaines mais aussi celles de catastrophes naturelles ; un écosystème menacé par une trop forte pression humaine et par les changements climatiques annoncés, mais un écosystème qu’il faut absolument préserver.

Les activités humaines fragilisent les récifs qui deviennent beaucoup plus vulnérables aux conséquences des catastrophes naturelles, d'autant que ces dernières s'intensifient.

La pression démographique et le développement non maîtrisé des zones côtières, la pollution, la pêche excessive, la sédimentation des baies, le remblaiement des bords de mer, le tourisme, sont particulièrement destructeurs dans les régions côtières peuplées.

« Mais les phénomènes naturels tels que cyclones, tsunamis et élévation de la température des eaux, le sont encore plus et à une échelle géographique bien plus considérable », souligne le professeur Salvat. Le récif corallien est un écosystème exceptionnellement riche où pullulent des centaines de milliers d'espèces animales et végétales, mais il est très fragile et il se régénère très lentement.

Et si les coraux meurent, d'autres invertébrés meurent et en chaîne, les espèces qui s'en nourrissent, entraînant la diminution de nombreuses ressources, mettant à mal toute une économie de subsistance. En outre, s'ils disparaissent, les coraux ne peuvent plus jouer leur rôle naturel de protection des côtes.

Pour terminer cet exposé captivant par une note optimiste, le Professeur Salvat a estimé qu’aujourd’hui, l’homme prend enfin conscience du fait que les récifs sont fragiles et ne sont pas inépuisables.

professeur salvat

14:23 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : professeur salvat, corail | |  Facebook | | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.