30/09/2013

L’Amicale Cycliste Canétoise à Dénia

Pour son 3e et dernier séjour de l’année, l’Amicale Cycliste Canétoise a choisi la destination de Dénia, dans le sud de l’Espagne. Cette ville très pittoresque a ravi les 40 participants ; il y en avait pour tous les goûts.amicale cycliste

Le matin, les cyclistes ont pu arpenter de nouveaux itinéraires sur des routes au revêtement impeccable, ce dont ils ne sont pas habitués par ici, et au vallonnement plus ou moins prononcé selon le choix des groupes.

L’après-midi, avec les accompagnants, ils ont visité Villajoysa, Alcoy, Guadalest, Altea, Calp et son rocher. Une journée entière a été consacrée à la visite d’Alicante et de la fameuse palmeraie d’Elche, la plus vaste d’Europe.

Au final, une semaine qui a renforcé la cohésion du groupe, l’ambiance étant au beau fixe tout comme la météo d’ailleurs.

Au retour, on pensait déjà aux voyages de l’année prochaine.

18:43 Publié dans Loisirs, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amicale cycliste | |  Facebook | | |  Imprimer | |

29/09/2013

Julie Bensaïd, ancienne correspondante de l’Indépendant, vient de nous quitter

C’est avec une infinie tristesse que bon nombre de canétois ont appris le décès de Julie Bensaïd.

Julie bensaïdCette grande dame vient de nous quitter dans sa 90e année, et laissera dans la mémoire des canétois qui l’ont bien connue, le souvenir d’une femme d’une grande énergie que maladie et vieillesse n’avaient pas altérée.

Elle nous a quittés discrètement, sans faire de bruit, elle qui avait eu une vie riche, généreuse, mais semée d’embuches.

Avant d’avoir exercé avec dévouement son métier d’institutrice à l’école de Canet plage jusqu’à la retraite, Julie, à son retour d’Algérie en 1962 avec son mari Léon, ses trois enfants et «son canari en cage», comme elle se plaisait à le dire, s’installe à Canet, après quelques mois de pérégrinations à travers la France. Le sort, hélas, qu’ont connu les réfugiés d’Algérie de l’époque.

Sans aucun préjugé, et avec beaucoup de cœur, elle enseignera durant un an à l’école du camp de Harkis de Rivesaltes, avant de rejoindre l’école canétoise.

En 1975, elle devient correspondante de l’Indépendant pour Canet, et durant 6 ans, elle sera le témoin infatigable des petits et grands évènements que la commune a vécus. Bon nombre de ses articles seront publiés dans la rubrique de la ville, et on peut saluer avec beaucoup d’humilité son travail presque artisanal, elle qui n’imaginait pas un instant qu’Internet et le numérique allaient bousculer le quotidien du correspondant local.

Nous tenions, par ces quelques lignes, à lui rendre ce dernier hommage, et présentons à la famille, Éveline, Éliette, Jacky et les 6 petits enfants, nos plus sincères condoléances.

18:43 Publié dans Commémorations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : julie bensaïd | |  Facebook | | |  Imprimer | |

27/09/2013

Émouvante inauguration au stade St Michel en mémoire de Marcel Hernandez

marcel hernandez,scr xv

S’il est un personnage emblématique qui a marqué les esprits du monde rugbystique à Canet, on ne peut passer sous silence le parcours exemplaire accompli par Marcel Hernandez qui nous a quittés en 2011 à l’âge de 63 ans. 

Ce charisme exceptionnel, cette présence et la passion qui l’a toujours animé manquent aujourd’hui à celles et ceux qui l’ont bien connu. 

Enfant du pays, il poursuit des études à l’école de police de Sens. Canet lui manque et avec sa femme Geneviève, ils décident de quitter les CRS de Montauban et de revenir monter une poissonnerie au village. Par la suite, il passera 20 années de sa vie au service des canétois au sein de la police municipale. 

En hommage à celui qui fut successivement joueur, entraineur, puis dirigeant de l’US Canet et de l’entente « Salanque Côte radieuse (SCR XV) » la mairie, sous l’impulsion de David Bret, Coprésident de la SCR XV, a tenu à donner le nom de « Marcel Hernandez » au club house inauguré au Stade St Michel.marcel hernandez,scr xv

Une émouvante cérémonie, au cours de laquelle son fils Laurent était présent, s’est déroulée au stade et, outre la présence de Bernard Dupont le maire, ont voulu témoigner de leur amitié les dirigeants de la SCR XV, Jean François Imbernon, international de rugby et double vainqueur du Grand Chelem au tournoi des cinq nations, ainsi que les maires de Sainte Marie et de Torreilles. 

Dans la foule nombreuse, on apercevait des amis, mais aussi bon nombre de joueurs qui avaient disputé le match mythique de la finale du Championnat de France Honneur 88-89 contre le C.A. Lormont. L’occasion était belle de les unir à cette commémoration du souvenir, de les réunir à nouveau et de les mettre à l’honneur. 

Michel Saut, conseiller municipal, a retracé la vie de son ami Marcel Hernandez qu’il a bien connu et avec qui il a usé ses premiers maillots.

« Nous jouions sur un terrain pentu avec des maillots blancs, trop grands sur nos frêles épaules» précise-il des sanglots dans la voix.

Après un bref discours de David Bret, qui de son côté, a tenu à remercier tous ceux qui ont voulu soutenir son projet, Bernard Dupont a remis personnellement à chacun des joueurs de la finale de 88-89 une photo commémorative encadrée. Elle met à l’honneur ces joueurs en témoignage de leur performance passée. 

Avant de convier tout le monde à l’apéritif de l’amitié, Bernard Dupont, et Laurent Hernandez ont salué les bons résultats de la SCR XV qui laissent augurer une saison d’excellence.

Qui plus est, le regroupement de toutes les écoles et équipes de rugby donne une force qui vient définitivement confirmer le slogan du club : Trois villages, Une passion.

18:43 Publié dans Commémorations, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marcel hernandez, scr xv | |  Facebook | | |  Imprimer | |

26/09/2013

L'école de Karaté s'ouvre à l'Art martial d'Okinawa

L'école de Karaté Do de Canet ouvre ses portes tout le mois d'octobre pour proposer une séance découverte aux personnes désireuses de s'initier à la pratique de l'Art martial d'Okinawa.

Les séances ne sont pas publiques, seul les « acteurs » sont acceptés. Une bonne équipe de ceintures noires autour du Senseï (professeur), permet aux débutants d'évoluer et de progresser grâce à un bon accompagnement. Au-delà du sport, la discipline proposée à Canet est avant tout un Art, même si tout le corps est impliqué dans la pratique.

Avec une dimension culturelle forte, le Karaté Oshukai Canétois, retransmet l'Art authentique des îles d'Okinawa.

Des stages, des rencontres, et des séjours à Okinawa apportent aux pratiquants une progression sûre et la certitude d'être sur le «bon chemin».
 
Pour tout cela, l'enseignement et particulièrement celui des enfants, nécessite des garanties. Aussi un professeur approuvé dans le domaine de son Art, formé, « recyclé », et reconnu donnera les meilleurs résultats.karaté oshukai

L'expérience du professeur, du Club Karate Oshukai Canétois, est une référence : enseignement vers des publics les plus variés tels que l’école de sport, l’éducation nationale, la section sport-études, l’insertion jeunes en difficulté…

Le professeur pratiquant le Karaté depuis plus de 43 ans, diplômé d'état, et du Japon (Okinawa), apporte ainsi, à l'École de Karaté, les meilleures garanties.
Notre discipline, le Karaté Okinawa Shorin Ryu, peut vivre ainsi sereinement dans la pure tradition de l'Art originel.

Quelques dates sont à retenir, le 6 octobre entraînement en plein air et pique-nique convivial au lac du Soler. Le 19 octobre une journée Kobudo (maniement d'armes) est organisée à Cavaillon. Les 21 et 22 octobre rassemblement pour les jeunes des Pyrénées Orientales.

Les cours se déroulent toute l'année au complexe municipal de la Colline des Loisirs, mardi, mercredi, jeudi.

Pour tout renseignement, Gilles MEHARD au 06 08 83 31 68.

18:42 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : karaté oshukai | |  Facebook | | |  Imprimer | |

25/09/2013

Pour notre sécurité en mer, la SNSM forme ses nageurs-sauveteurs

Durant 3 jours, une trentaine de bénévoles de la SNSM, la Société Nationale de Sauvetage en Mer, ont assisté à un séminaire de formation qui s’est déroulé à l’Hôtel du Port pour la partie théorique, et bien entendu en mer, lors d’exercices de sauvetage et tests de nouveaux équipements.SNSM

Rappelons que la SNSM est une association à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1970. C’est aussi, et surtout, 8.000 bénévoles, desquels font partie les 4.500 nageurs de bord, et 6.000 opérations de sauvetage annuel. Acteur unique du sauvetage en mer français, elle repose sur le dévouement, la bravoure et le sens de la solidarité d’hommes et de femmes qui sauvent bénévolement des vies en mer. 

Ce stage visait à mettre en place un nouveau référentiel, une méthodologie en quelque sorte, qui sera appliqué à l’ensemble du territoire national et a concerné les « Sauveteurs Nageurs de Bord », ces hommes qui, à partir de canoës ou de vedettes, vont à la nage secourir les personnes en difficultés. 

En effet, les sauveteurs étant de moins en moins issus des professions maritimes, la SNSM, depuis quelques années, a organisé des cursus de formation ciblés. Le développement constant de nouvelles technologies au service de la sécurité en mer et la complexité des systèmes de navigation ont, parallèlement, créé de nouveaux besoins de formations. 

« Nous sommes sept permanents sur le Pôle National de Formation de St Nazaire tient à souligner Didier Moreau, Directeur de la Formation Opérationnelle.

Tous nos formateurs sont des bénévoles, au même titre que les sauveteurs. Notre mission est essentielle. Lorsque j’ai repris la Direction de la formation il y a 3 ½ ans, l’objectif qui m’a été confié était d’homogénéiser les savoir-faire en formalisant les meilleures pratiques, de protéger les bénévoles qui engagent leur responsabilité personnelle dans la mise en œuvre des missions opérationnelles de la SNSM, et enfin, valoriser les formateurs bénévoles des stations de sauvetage. Il reste du chemin, mais je crois qu’aujourd’hui nous sommes en bonne voie. » 

Pour cette formation, de nombreuses régions de France sont venues à Canet. La Bretagne, la Normandie, le Cotentin, le Var, entres autres, et bien entendu Canet et St Cyprien.

Outre les exposés théoriques devant écran et rétroprojecteur, ils ont eu l’occasion de tester en mer de nouveaux matériels, tels des gilets de flottabilité et des gilets tactiques, ainsi que différents systèmes d’éclairage pour des interventions nocturnes.

«À travers nos nageurs sauveteurs, notre mission est aussi d’informer, tient à préciser Didier Moreau. La sécurité en mer commence par la prévention car de nombreux plaisanciers sous-estiment les dangers de la mer. En effet, chaque année, les loisirs nautiques sont à l’origine de nombreux accidents plus ou moins graves, le plus souvent dus à une méconnaissance des bons gestes et des bonnes pratiques.

Ainsi, la SNSM de Canet est allée récupérer et sortir d’une mauvaise passe deux fois le même bateau en un week-end ! ».Le propriétaire de l’embarcation, sans voile, sans radio, et hors de portée de téléphone, « testait » un moteur !

Il reste néanmoins du chemin à accomplir pour changer les mentalités et développer une culture orientée sécurité, tant sur mer que sur la plage. Les tragiques évènements de cet été n’en sont que le pâle reflet.

Mais le Pôle de Formation de St Nazaire ne baisse pas les bras, et après Canet, d’autres étapes sont d’ores et déjà programmées.

18:43 Publié dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : snsm | |  Facebook | | |  Imprimer | |

24/09/2013

« Host & Vinum » se découvre au grand public au cours d’une grandiose inauguration

Comme se plait à le dire Jacky Loos, l’heureux propriétaire de l’Hôtel–restaurant gastronomique « Host & Vinum », « l’informatique même à tout, à condition d’en sortir ! »host & vinum,loos

Il faut reconnaitre que son parcours, et celui de sa femme Françoise, a quelque chose d’atypique. 

Fondateurs d’une start-up en 2000, Jacky et Françoise se lancent sur le marché très porteur du paiement en ligne, exploitent avec talent leur savoir faire et se font une belle notoriété, la société employant quelques années plus tard plus d’une centaine de salariés. 

En 2011, des géants américains du secteur les remarquent et s’intéressent à eux et finalement, ils décident de « sauter le pas », pareille opportunité ne se refusant pas. Ils cèdent leur société. 

Dès lors, et après quelques mois de réflexion, l’idée de se reconvertir dans le domaine du vin fait lentement son chemin. Jacky nourrit, depuis fort longtemps, la passion de la vigne, du vin et tout ce qui gravite autour.

host & vinum,loosCe grand écart ils vont le faire, lorsqu’en mai 2012, ils tombent littéralement amoureux d’un site remarquable à deux pas du centre-ville : l’hôtel restaurant du Mas de la Plage et des Pins et restaurant le Clos des Pins est à vendre.

De ce bel établissement, qui vieillissait paisiblement sous d’immenses pins, ils vont le rajeunir et le transfigurer pour en faire un joyau, ou luxe, excellence et prestations haut de gamme sont les maitres mots de la nouvelle vie de l’établissement. 

L’esprit est le même, mais tout a changé. 

Durant 6 mois, pas moins de 50 ouvriers vont se succéder sur un chantier de pratiquement deux millions d’euros.

Le résultat est là : Un restaurant gastronomique de 48 places dans un style contemporain raffiné , ainsi qu’un hôtel trois étoiles de 16 chambres, doté de prestations exceptionnelles, est aujourd’hui à disposition d’une clientèle exigeante. host & vinum,loos

« Nous avons voulu mettre la barre très haute nous confie Claude Espiago, le Directeur d’Host and Vinum. Nous avons la chance d’avoir aux fourneaux Elodie Panicot qui a travaillé à Paris dans les cuisines de Guy Savoy, de Frédéric Anton et de Cyril Lignac. Elle a créé une carte authentique, faite de produits frais, bios et locaux. Nos fournisseurs sont tous sélectionnés dans la région, Elodie étant elle-même originaire de Rivesaltes.

Coté hôtel, nous avons supprimé trois chambres pour gagner de l’espace et un rajouté un ascenseur. Comment définir le style : Zen et cosy ! Des lambris cérusés, des parquets, des matières nobles et des étoffes écrues.»

Les amateurs de vins sont comblés. Une cave ultra moderne, tout de verre vétue, abrite 120 références, issues essentiellement d’une quarantaine de producteurs locaux. 

Pour célébrer l’ouverture de ce nouveau fleuron catalan, 250 invités ont répondu à l’invitation qui leur a été transmise et c’est sous les pins, presque centenaires, que les convives ont découvert le talent d’Elodie Panicot au travers un savoureux buffet agrémenté des meilleurs crus de la région.

« Je suis frappé de la qualité et du niveau d’excellence que vous avez atteint, a tenu à rappeler Bernard Dupont, maire de Canet. Avec des établissements tels que le vôtre, Canet n’est plus une station balnéaire traditionnelle, mais s’élève au rang de Ville Touristique, en mesure d’offrir des prestations haut de gamme toute l’année.

Ce challenge, vous l’avez réussi et les efforts que nous avons déployés pour soutenir votre projet ne sont pas vains. » 

Il faudra dorénavant compter sur « Host & Vinum », une table de choix sur l’échiquier de la gastronomie et de l’hôtellerie locale. 

  • ·      Host & Vinum – Le Clos des Pins - 34 Av. du Roussillon – Canet en Roussillon.

18:43 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : host & vinum, loos | |  Facebook | | |  Imprimer | |

23/09/2013

Exposition collective de Marc Doury et Claudine Picard

A compter du 5 octobre, la Galerie des Hospices met en avant deux peintres, et ce jusqu'au 17 novembre.

Marc Doury est diplômé des Arts Appliqués de l’académie Bujean à Poitiers. Ancien graphiste et illustrateur, il est artiste peintre professionnel depuis 1997.
marc doury,claudine picardSes œuvres déclinent, dans une large palette, des paysages urbains ou champêtres, des marchés, des ports de pêche au gré d'une balade, de la côte Vermeille au Canigou. Une grande partie du travail présenté dans cette exposition, s'ancre dans l'Histoire et la Mythologie, notamment le mythe universel de Saint Georges.
Des études, des peintures à l’huile, et des sculptures vous feront redécouvrir ces scènes de batailles pleines de bravoure où évoluent équidés, humains, dragons et chevaliers réunis autour d’un même symbole.

 

marc doury,claudine picardClaudine Picard est diplômée de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Son travail est une recherche expérimentale par une expression picturale figurative mettant en correspondance des sujets symboles avec des objets habités et mystérieux. Cet artiste apprécie que ses œuvres soient en relation avec le lieu qui les accueille. Aussi, la thématique du vin et des caves trouve un écho dans le passé de la Galerie des Hospices. Sur toile ou sur bâche, les natures mortes de Claudine Picard nous immergent dans une ambiance où les objets choisis par des associations de formes de couleurs et de climat sont en résonance entre eux et semblent vivre sous nos yeux grâce à la magie de la peinture. 

Ouvert tous les jours de 15h à 18h
Entrée gratuite

18:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marc doury, claudine picard | |  Facebook | | |  Imprimer | |